Comment je regarde mes aquarelles

Quel regard je porte sur mes aquarelles ?

Il y a deux approches possibles pour comprendre mes aquarelles. Premièrement le titre ‘tout en couleur’ et deuxièmement une comparaison.

Le titre n’est pas choisi par hasard. J’aime les couleurs, les couleurs fortes, puissantes et qui dégagent de l’énergie. J’aime aussi le blanc et le foncé, le contraste qui attire le regard mais j’aime aussi des endroits plus neutres où le regard peut se poser. J’aime l’opposition des couleurs complémentaires qui se réconcilient dans les tons gris. Ce goût de l’audace colorée me vient des impressionnistes et des fauvistes. Pourquoi faut-il qu’un arbre soit vert ? Il peut tout aussi bien se peindre en bleu, rouge ou violet.

Je propose une comparaison : L’aquarelle est pour la peinture ce que le jazz est pour la musique.
Le jazz est l’art de l’improvisation sur un thème musical. Le musicien se laisse emporter par la mélodie qu’il réinvente de multiples manières dans une belle harmonie. Cela demande beaucoup de pratique instrumentale et de la virtuosité. L’aquarelle est l’art d’improviser avec les couleurs lorsque l’eau emporte les pigments sur la feuille de papier.
Chaque aquarelle doit être inventée. Chaque travail demande de la créativité, de l’audace dans les prises de risque et surtout une très grande connaissance technique pour pouvoir à tout instant choisir le meilleur outil pour placer le trait du pinceau tel qu’on le souhaite. La meilleure conjoncture est de posséder suffisamment bien les différentes techniques pour déposer les pigments d’un geste spontané dans l’humidité souhaitée. C’est le bonheur d’une peinture vive et sans limite.
La poésie n’apparaît qu’au moment où l’artiste peut laisser libre cours à ses impulsions artistiques au niveau des couleurs, au niveau des matières et au niveau de la fluidité de l’ensemble.
En plus de cela il faut introduire dans chaque tableau la troisième dimension, la profondeur, pour intéressé le spectateur qui ira voir plus loin que la surface du papier.
Ces trois dernières années j’ai voulu élargir mon domaine technique en cherchant des pistes pour traduire la matière. C’est dans l’étude des pigments et dans les effets de granulation que se trouvent des solutions possibles. Chaque pas en avant ouvre de nouvelles perspectives qui a leur tour demande l’acquisition par expérimentation de nouvelles techniques. Vous remarquerez dans les tableaux l’emploi de pigments en poudre, d’encres acryliques qui granulent , de gouache et de collages.

Pour terminer, je vous demande de regarder mon travail avec un regard ouvert. Il ne faut pas s’arrêter à l’aspect figuratif , il faut dépasser ce stade et rentrer dans l’abstraction qui ne retient que l’essentiel , pas les détails.
C’est dans l’unité du tableau que se cache la touche poétique donnée par l’artiste qui ravira les yeux du spectateur.